CAMEROUN : MTN, Orange et Nextell, mis en demeure pour mauvaise qualité de service.

 CAMEROUN : MTN, Orange et Nextell, mis en demeure pour mauvaise qualité de service.

Le Directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (ART) informe le public dans un communiqué publié ce 1er novembre 2022, qu’il a servi des mises en demeure aux compagnies de téléphonie mobile MTN, Orange Cameroun, Nextell et Camtel. Les quatre opérateurs sont coupables de mauvaise qualité de service, préjudiciable aux abonnées de téléphonie mobile.

Dans son communiqué, le Directeur Général de l’Agence de régulation des Télécommunications dit avoir servi des mises en demeure aux entreprises MTN, Orange Cameroun, Nextell et Camtel. Le régulateur reproche à ces opérateurs de téléphonie mobile, une mauvaise qualité de service, préjudiciable aux consommateurs des produits et services de communications électroniques. 

Le constat a été établi lors des missions de contrôles récemment effectués par les équipes de la Brigade des Contrôles de l’ART sur l’ensemble du territoire national. « D’importants manquements imputables aux opérateurs de téléphonie mobile ont été constatés en ce qui concerne notamment la couverture et la performance des réseaux d’accès, les offres tarifaires et l’utilisation des fréquences radioélectriques » lit-on dans le communiqué de Philémon Zoo Zame.

Pour s’assurer de la réparation de ces manquements dans l’immédiat, le Régulateur dit avoir programmé une série de missions d’évaluation des systèmes de monitoring de la qualité de service offerte aux abonnés par lesdits opérateurs. Et la première de ces missions a d’ailleurs été effectuée le 25 octobre dernier à Douala, dans Datacenter de l’Opérateur MTN Cameroon.

La mauvaise qualité de service dans le secteur de la téléphonie mobile au Cameroun ne date pas d’aujourd’hui.

Dans un rapport d’audit publié en octobre 2017 par le ministère des postes et télécommunications, MTN, Orange et Nextell, y compris l’opérateur historique Camtel, sont responsables de détérioration continue de la qualité de service.

Bien qu’aucune sanctions ne soit prise à leur encontre, ces opérateurs, dit le rapport, s’illustrent entre autres par l’insuffisance des investissements par rapport à l’accroissement du nombre des abonnés; des lacunes techniques dans le réglage des équipements ; les bases de données inexactes ; des coupures précoces d’appels et la dégradation de la qualité d’écoute.

Une rédaction de Boris Ngounou

Articles qui pourraient vous interesser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *