AFRIQUE : les communautés africaines élèvent la voix contre la privatisation de l’eau

 AFRIQUE : les communautés africaines élèvent la voix contre la privatisation de l’eau


Les communautés touchées et celles qui sont menacées par la privatisation de l’eau à travers l’Afrique ont appelé les gouvernements africains à abandonner la privatisation de l’eau et à rendre les systèmes d’eau privatisés aux localités pour une gestion abordable et équitable
.


Les communautés locales au Nigeria, au Mozambique, au Sénégal, au Ghana, au Cameroun, au Kenya, au Gabon, en Ouganda et dans une foule d’autres pays africains en font leur demande principale alors qu’elles célèbrent la deuxième édition de la Semaine africaine d’action contre la privatisation de l’eau qui se tient du 11 -14 octobre 2022, pour coïncider avec les réunions annuelles de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.


Les communautés, travaillant en collaboration avec la société civile et les groupes de travailleurs sous l’égide de la coalition Our Water Our Right Africa, organiseront des réunions publiques, des engagements communautaires, des points de presse, des marches de protestation, des réunions avec les décideurs politiques et une foule d’engagements pour faire pression sur la maison leur opposition aux projets de privatisation de l’eau et à la marchandisation de l’eau, encouragés par la Banque mondiale et d’autres institutions financières internationales, qui continuent de priver les communautés de leur droit à l’existence.


Dans certaines communautés, le prix de l’eau est hors de portée des habitants, obligeant les femmes et les jeunes filles à faire un effort supplémentaire, notamment en s’exposant à des dangers pour obtenir de l’eau pour leurs besoins de base.
Les communautés, travaillant de concert avec la société civile et les travailleurs, insistent sur le fait que si l’eau reste l’une des nécessités les plus fondamentales pour la vie, des sociétés géantes comme Veolia et Suez, soutenues par des institutions financières internationales comme la Banque mondiale, exploitent ce besoin fondamental en essayant de privatiser l’eau sur tout le continent africain, menaçant de laisser des millions de personnes dans des communautés souffrant sans eau.


Akinbode Oluwafemi, Directeur exécutif de Corporate Accountability and Public Participation Africa (CAPPA) explique l’importance de la commémoration de 2022. « Lorsque les communautés sont privées d’un droit fondamental qui garantit leur existence et le lien qui les a maintenues liées à leur culture et à leur spiritualité pendant des générations, finira par cesser d’exister. C’est pourquoi les communautés mènent une résistance à ce que des entreprises comme Veolia et des institutions comme la Banque mondiale commercialisent sur le continent africain. Mais le message est clair. Nous ne voulons pas que nos systèmes d’eau soient privatisés », indique-t-il.


Concernant les impacts de la privatisation de l’eau sur les communautés, Younoussa Abbosouka, Chargé de Programme au Centre africain pour le plaidoyer, a déclaré : « Avec la privatisation de l’eau, il y a un monopole sur une ressource qui n’est censée appartenir à personne, sauf aux communautés locales pour subvenir à leurs besoins vitaux. Ces communautés disposent d’alternatives efficaces centrées sur la gestion communautaire de l’eau, qui favorise l’intérêt et le bien-être de la communauté. Elles s’opposent à toute idée de privatisation de ce service social de base ! »


Pour rappel, la première Semaine africaine d’action contre la privatisation de l’eau, qui s’est tenue du 11 au 15 octobre 2021, a été menée par la société civile et des groupes de travail sur le continent. Le point culminant a été le lancement d’un rapport « L’Afrique Doit se Lever & Résister à la Privatisation de l’Eau » qui détaille comment la privatisation est devenue la menace la plus puissante pour le droit humain à l’eau des Africains.


Il cite les échecs de la privatisation de l’eau aux États-Unis, au Chili et en France comme leçons pour les gouvernements africains sous la pression de la Banque mondiale et d’une multitude d’institutions financières multilatérales pour suivre la voie de la privatisation. Les versions portugaise et française du rapport seront dévoilées lors d’un point de presse le 11 octobre où les histoires et les réalités des communautés africaines seront présentées dans des vidéos pour lancer la semaine d’action.


Une demande clé des communautés est que leurs gouvernements mettent fin aux plans de privatisation et investissent plutôt dans des systèmes publics d’eau qui incluent une participation publique significative à la gouvernance de l’eau, avec un accent particulier sur les perspectives de ceux qui sont généralement exclus des processus de prise de décision, y compris mais pas limité aux femmes, aux personnes à faible revenu et aux communautés rurales.


Une rédaction de Boris Ngounou

Articles qui pourraient vous interesser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *