Tchad : la suspension temporaire des exportations du ciment par le Cameroun crée la pénurie.

 Tchad : la suspension temporaire des exportations du ciment par le Cameroun crée la pénurie.

Le 4 novembre 2022, le ministre du commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana a accordé une audience à l’ambassadeur du Tchad au Cameroun, Djiddi Bichara Hassane pour plaider en vue de la reprise des exportations en ciment à destination de son pays.

« Certains de nos compatriotes depuis quelques mois ont acheté 251 camions. Par la suite votre département ministériel a décidé de surseoir les exportations de ce produit sur le territoire camerounais. Nous souhaitons que cette mesure soit levée afin que nous puissions reprendre nos affaires à partir de Douala », plaide Djiddi Bichara Hassane. Pour répondre à ce plaidoyer, le Mincommerce a surtout déploré le manque de transparence entre les opérateurs économiques. Toutefois, il a promis à l’émissaire tchadien « d’échanger dans quelques jours avec un poids lourd du secteur au Cameroun afin d’avoir une vue objective de la situation et trouver une solution à sa demande ».

C’est en effet, au mois d’avril dernier, que le gouvernement camerounais avait décidé de suspendre temporairement l’exportation en zone Cemac de plusieurs produits de grande consommation, parmi lesquels le ciment.

En fait, cette mesure visait à reprendre la main sur le circuit de distribution du ciment qui tendait à échapper au contrôle du gouvernement, et à endiguer les prémices d’une pénurie observée dans les marchés.

Selon Investir au Cameroun, « le marché du ciment au Tchad est dominé par la Société nationale du ciment (Sonacim) installée en 2011 à Baoré dans la région du Mayo-Kebbi Ouest à quelques encablures de Pala. Cette usine d’un coût estimé à 46 milliards de FCFA est le fruit d’un partenariat entre le Tchad et la Chine via un prêt consenti par EximBank China. Elle dispose d’une capacité de production de 200 000 tonnes par an. La production de cette usine ne permettant pas de couvrir la demande nationale estimée à plus de 700 000 tonnes par an, le gap est comblé par les importations en provenance du Cameroun ».

Articles qui pourraient vous interesser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *