Cameroun – Douala : Grogne des conducteurs de Moto Taxi !

 Cameroun – Douala : Grogne des conducteurs de Moto Taxi !

Ils ont organisé une manifestation ce 07 Avril 2022 pour protester contre les tracasseries des agents communaux.

Des cris de colère retentissent dans ce jeudi matin dans la ville de Douala ! Une horde de conducteurs de Moto Taxi prend d’assaut la place des fêtes d’Akwa. Dans un concert de Klaxons, ils élèvent difficilement la voix. Parés de leur chasuble, ils le retirent tous ensemble.

Un geste pour exprimer leur ras-le-bol suites aux multiples tracasseries dont ils sont victimes depuis le début du contrôle du paiement des taxes communales par les agents communaux dans le département du Wouri dans la région du Littoral. « On nous demande la carte d’identité, la carte crise ce n’est pas de leur ressort » lance un manifestant dans une atmosphère de plus en plus tendue au rond point Akwa.

La circulation est perturbée. Les manifestants occupent une partie de la route. Difficile de se frayer un chemin. Les conducteurs de Moto Taxi en veulent aux présidents des syndicats qui leur imposent le payement d’une nouvelle taxe. « C’est trop ! On paye les déjà 250 frs par jour dans nos camps de base. Donc 1250 frs par semaine. Maintenant ils nous disent qu’on doit encore payer 500 frs sans nous dire pourquoi » s’emporte Cyrille, vert de colère.

Dans le lot des tracasseries, ils parlent d’un traitement injuste à l’endroit des syndiqués. « Quand tu n’as pas de chasuble, et que tu n’as pas payé la taxe communale, ils prennent ta moto. Tu payes 25 000 frs pour la récupérer. Ceux qui ont les chasubles, qui ont oublié le document à la maison, au lieu de payer 250 frs, ils prennent ta moto et exigent que tu payes 25 000 frs. De surcroit sans reçu » s’indigne Patrick. Face à cela, ses camarades et lui ont décidé de ne plus porter les chasubles (5000 frs la pièce), de payer les impôts uniquement à la mairie.

Voulant organiser une marche pour demander à leurs confrères de retirer les chasubles, ils font face aux forces de l’ordre. Des dizaines de policiers, des véhicules anti émeutes débarquent sur les lieux. Ils vont disperser les manifestants à coups de gaz lacrymogènes et jets d’eau.

Articles qui pourraient vous interesser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.