Cameroun – Grogne : Le Syndicat National des Enseignants du Supérieur apporte son soutien aux grévistes réunis au sein du collectif « On a trop supporté »

 Cameroun – Grogne : Le Syndicat National des Enseignants du Supérieur apporte son soutien aux grévistes réunis au sein du collectif « On a trop supporté »

Alors qu’ils ont étendu leur débrayage lancé le 21 Février au 4 Mars 2022, les grévistes du collectif d’enseignants du primaire et du secondaire baptisé « On a trop supporté » (OTS) reçoivent un soutien de poids. Il émane du  Syndicat National des Enseignants du Supérieur (SYNES) qui a une expérience avérée dans ce type d’actions. Son secrétaire général, le professeur Blaise Mtopi Fotso a signé le 28 Février 2022 un communiqué dans lequel il constate avec effarement que « le mouvement de grève a révélé des situations iniques et incompréhensibles où des enseignants régulièrement affectés et en service depuis plus d’une décennie, n’ont jamais reçu ni numéro de matricule, ni le moindre salaire, malgré des dossiers constitués, déposés et enregistrés dans les services compétents ». Le haut responsable du SYNES dit avoir « particulièrement été sensible » au cas de Monsieur Hamidou, un maître d’éducation physique et sportive  qui a travaillé 10 ans sans matricule ni salaire.

Le SYNES dénonce ce qu’il appelle « le traitement discriminatoire » des enseignants.  Il rappelle à cet effet que  d’autres fonctionnaires bénéficient d’un numéro matricule et d’une avance de salaire dès leur admission dans certaines grandes écoles.  Il « apporte son soutien total au Collectif OTS et demande au gouvernement de prêter une oreille très attentive aux revendications de ces concitoyens qui ont fait preuve d’une patience et d’un patriotisme sans pareils ». Il veut voir les autorités camerounaises leur accorder « la même attention et diligence » que celles dont jouissent les dossiers politiques et sécuritaires. Cela pour prévenir les perturbations que la poursuite du mouvement fait planer sur l’année scolaire et sur la paix sociale.

Tout en rappelant la situation peu reluisante des enseignants du supérieur  qui pourrait les pousser à faire grève à leur tour, le SYNES « propose la tenue effective du Forum National de l’Education afin d’examiner dans leur globalité tous les problèmes qui minent le système éducatif camerounais » .  

Source : Cameroon-info.net

Articles qui pourraient vous interesser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.