Élection du Barreau :le nouveau bâtonnier toujours attendu.

 Élection du Barreau :le nouveau bâtonnier toujours attendu.

L’élection du président de l’ordre des avocats prévu le samedi, 18 juin 2022, prend plus de temps que prévu. Jusqu’à ce lundi le nom de l’heureux élu n’est pas connu.

 C’est depuis le samedi 18 juin 2022, le processus de mise en place pour l’élection du nouveau bâtonnier et de l’assemblé du bureau du barreau a débuté. Le nom du nouveau bâtonnier, se fait attendre jusqu’à ce jour et occasionne déjà des débats autour.Pendant plus de 24 h, l’attente a été longue, que la plupart de téléspectateurs et citoyens Camerounais on décidé ne plus suivre l’actualité et attendre l’information dans les journaux.  Cette élection vise à remplacer Me Claire Atangana Bikouna qui assure l’intérim du poste de bâtonnier depuis le décès de Me Charles Tchakounte. Dans la course au poste de bâtonnier, 7/8 candidats sont représentés. Il s’agit de Philippe Olivier Memong; Mbah Éric Mbah ; Laire Atangana Bikouna; Arlette Ngoula Fotso ; Ernest Duga Titanji ; Ebah Ntoko Justice et Suzanne Tam Bateky. Les sièges comprennent : le Bâtonnier de l’Ordre des Avocats du Cameroun, le Président de l’Assemblée générale, le Vice-président de l’Assemblée générale et 15 Membres de l’Ordre des Avocats du Cameroun.

Bien que l’élection se fait longue, le nom du  nouveau président de l’Assemblée Générale de l’Ordre des Avocats a été déclaré dans la soirée. C’est le désormais Me Yves Patrice Kless Kouanou . En fait, selon les résultats de ce vote, il remporte le poste avec  1389 voix, contre 749 pour Me Morfaw, 226 pour Kameni, le Me Nana  s’en sort avec 147, Ngann   avec 124 et enfin Djampou  44 voix.

Selon certaines sources présentent au palais de sport de Yaoundé, « les résultats ont pris du temps, à cause de certains problèmes au sein de l’électorat ». Pour Me Mana Djibril, «  l’on évoque le choix d’un bâtonnier anglophone, car le nouveau président de l’Assemblée général est un francophone », des affirmations qui jusque-là ne sont pas officielles, car aucune plainte n’a été déclarée, encore moins une règle écrite concernant la règle de l’équilibre entre anglophones et francophones. 

Articles qui pourraient vous interesser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.