Insécurité alimentaire : des oiseaux granivores ravagent près de 2 500 hectares de cultures à l’Extrême-Nord

 Insécurité alimentaire : des oiseaux granivores ravagent près de 2 500 hectares de cultures à l’Extrême-Nord

Les productions agricoles à l’Extrême-Nord ont fait l’objet d’attaques de rongeurs qui ont affecté les cultures de contre-saison, essentiellement importantes pour l’accès à l’alimentation en période de soudure. Dans un article publié par l’entité qui coordonne les affaires humanitaires au Cameroun, la situation humanitaire dans la région de l’Extrême-Nord est causée par « les attaques des oiseaux granivores et des pachydermes sur les cultures qui ont sérieusement perturbé la saison agricole 2021»

A cet effet, le bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha) Cameroon a rendu public un rapport relatif à l’insécurité alimentaire dans cette région. Il en ressort que du 1er au 31 janvier 2022, « plus de 2 377 hectares de cultures ont été détruits par les oiseaux granivores dans les départements du Mayo-Tsanaga, Mayo-Sava et Logone et Chari ». De leur côté, les populations se battent bec et ongle pour chasser ces granivores. « Dès 4 h du matin, les oiseaux envahissent déjà les parcelles pour picorer le mil. Avec les enfants, nous sommes obligés de nous précipiter au champ avant cette heure-là, pour espérer voir le reste du mil arriver à maturité. Actuellement, nous avons abandonné tous nos travaux de la journée pour nous consacrer uniquement à la protection de notre sorgho », confie Zra, un agriculteur interrogé par le trihebdomadaire régional L’œil du Sahel.

Bien plus, un précédent rapport de Ocha relevait qu’à l’Extrême-Nord, les familles les plus pauvres « sont en proie à une insécurité alimentaire aiguë ». Selon l’ONG Action contre la faim, « environ 901 042 personnes auront beaucoup de mal à s’alimenter dans les prochains mois dans la région de l’Extrême-nord. »

Rappelons que dans le cadre du programme d’alimentation scolaire, cette organisation non gouvernementale et ses partenaires ont apporté une assistance alimentaire à 3 096 ménages soit 19 737 personnes via la modalité de Cash. Note-t-on également la distribution des repas chauds à 53 000 enfants, dont 21 451 filles, et des vivres à 4 400 ménages (22 968 personnes) dans le Mayo-Tsanaga, le Mayo-Sava et le Logone et Chari, zones les plus exposées par les attaques des granivores.

Source : EcoMatin.net

Articles qui pourraient vous interesser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.