Mayo-kani : Gaban définitivement coupé des autres villes du pays

 Mayo-kani : Gaban définitivement coupé des autres villes du pays

Depuis une semaine déjà que le pont du village Gaban, dans le département du Mayo-kani, dans l’extrême nord du Cameroun, a été emporté par les eaux. Une situation qui bloque toute activité et ne favorise guère l’accès aux localités environnantes.

Selon le chef de village Ngarayel, Sa Majesté Jean-Marie G, « c’est le mayo (rivière) de village Gaban, qui a coupé le radier de 60m en deux. Rendant ainsi la circulation impossible entre Kaélé passant par Lara pour joindre Moulvoudaye ». Une situation qui cause de graves pertes économiques pour le village et le reste du pays. Car la route sur laquelle le pont a été construit, est économiquement très rentable. En effet, elle dessert trois communes : celle de Kaélé , celle de Moulvoudaye et Mindif.

Il faut noter, que le gouvernement, via le Ministère des Travaux Publics, avait déjà entrepris de construire des infrastructures routières sur cet axe. Depuis la note qui date de plusieurs mois sur les détails et la sommes allouées pour la construction de cette voie, rien n’a encore été entrepris. « Nous souhaitons donc la réhabilitation de cet ouvrage urgemment par les pouvoirs publics », précise le chef du village Ngarayel-Gaban.

Pour les populations ,« quand on se plaint trop de l’absence de la mairie et des pouvoirs publics et quand on les cherche avec les larmes, ils apportent des réponses non-pratique. L’essentiel est qu’on ne meurt pas de pénurie alimentaire. On arrangera le pont notre majesté. Que la mairie et sa population viennent aussi en force comme ces pluies », affirme avec amertume un habitant. « Quand on vous dit de voter utile, vous vous accrochez aux serpents, voilà les conséquences. La famine par ci, les inondations qui détruisent même les rudiments d’ouvrages et que personne ne songe à entretenir », précise Bouba Ousmanou.

Articles qui pourraient vous interesser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.