Port de Douala : les opérations de déguerpissement effectives depuis ce 5 mars 2022

 Port de Douala : les opérations de déguerpissement effectives depuis ce 5 mars 2022

C’est désormais lancé. Le grand chantier d’aménagement des voies de contournement et de desserte en zone aval du domaine public portuaire ont démarré ce 5 mars 2022. Sur le terrain, les engins lourds mobilisés par le Port autonome de Douala ont procédé à la destruction complète des constructions illégales érigées sur le domaine portuaire. Précisément dans la zone d’Essengue: boutiques, maisons, ateliers, et autres immeubles ont été rasés. Cette opération survient après un long processus établi être l’administration du Port autonome de Douala,  les occupants de ce site (plus de 1500 familles), et la Communauté Bonanjo. 

Plusieurs concertations ont, en effet, réunis ces trois parties, sous la supervision des autorités administratives du Département du Wouri. Les populations recensées ont ainsi pu bénéficier de l’accompagnement du Port autonome de Douala, ainsi que des garanties de l’État du Cameroun. Pourtant, ce 5 mars 2022, des résistances ont été observées lors de l’opération de déguerpissement. Malgré, les communiqués répétitifs et les campagnes de sensibilisation menées par les autorités du Port autonome de Douala, plusieurs personnes sont demeurées sur le site. Ce qui n’a pas empêché les casses en présence des forces du maintien de l’ordre.

La consistance des travaux à engager par le Port autonome de Douala pour portent sur l’amélioration de la voirie interne, l’optimisation de la  afin de fluidité du trafic portuaire, la construction de nouvelles aires de stockage et des magasins, mais également, «la création de nombreuses entreprises créatrices d’emplois», indique-t-on au Port autonome de Douala. Toujours dans le cadre du programme de modernisation du port de Douala-Bonaberi, le Pad prévoit par ailleurs l’extension du terminal à conteneurs, la création d’un nouveau parc à véhicules sécurisé, l’aménagement des zones d’attente de camions, la création d’une nouvelle zone urbano-portuaire, et une zone tampon entre la ville et le port.

Ce vaste projet n’a pu se concrétiser que par la sécurisation du domaine portuaire. Une opération démarrée en 2015, avec l’accompagnement du Ministère du cadastre et des affaires foncières (Mindcaf). Le processus a abouti à la pose de des affaires foncières, l’implantation de 100 bornes et 20 balises géantes, marquant les délimitations réelles du domaine portuaire. Le Port de Douala-Bonaberi s’étend officiellement sur 1000 hectares. Seulement 60% de cette aire est en exploitation. D’où ce processus de sécurisation et d’extension lancée par les autorités du Port autonome de Douala.

Source : EcoMatin.net

Articles qui pourraient vous interesser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.