Vivre son Handicap : Un obstacle permanent à surmonter

 Vivre son Handicap : Un obstacle permanent à surmonter

Les personnes déficientes physiques ou mentales, constituent une catégorie socialement vulnérable et systématiquement victime de rejets.

Au Cameroun, la population des personnes vivant avec un handicap est estimée à près de 10%. Pour chacune de ces personnes, vivre avec un handicap est un véritable parcours du combattant. Pour vivre décemment, elles sont, dans la majorité des cas, obligées de surmonter les multiples obstacles. Qu’il soit sensoriel, moteur, mental ou social, le handicap pose presque toujours un problème d’insertion.L’État est le garant du bien-être de ses populations, particulièrement à travers la lutte contre les injustices faites aux personnes handicapées fragilisées de la société, les lois et règlements. 

Selon une étude menée par des experts, près de 15 000 usagers sont enregistrés chaque année au Centre national de réhabilitation des personnes handicapés (CNRPH) parmi lesquels, une centaine d’enfants. Ces derniers (déficients physiques et moteurs, handicapés sensoriels et mentaux) reçoivent des soins spéciaux dans ce centre basé au quartier Etoug-Ebé à Yaoundé. Le centre propose à cet effet des services de reconversion, de rééducation des enfants atteints de poliomyélite, méningite, malformations congénitales et la prise en charge psychosociale des victimes et de leurs familles. 
Dans la même veine, le Club des jeunes aveugles et réhabilités du Cameroun (CJARC), dirigé par l’artiste musicien Coco Bertin -lui aussi malvoyant -,  met l’éducation au cœur de ses activités. «Ici dans le centre que nous dirigeons depuis une trentaine d’années, nous offrons une formation maternelle et primaire à ces jeunes, tout en militant pour leur insertion dans les établissements secondaires et universitaires du pays», s’est-il exprimé dans une colonne.

Un succès parmi tant d’autres qui pousse d’autres associations de réhabilitation des enfants handicapés à poursuivre avec des campagnes de sensibilisation. Dont l’objectif majeur est de véhiculer, aux familles,  aux autorités et partenaires privés, le message selon lequel «un enfant handicapé a aussi des talents, quelque chose de positif à apporter pour le développement de la société».

Articles qui pourraient vous interesser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.