Concours de la Beac: Abbas Tolli accusé de fraude.

 Concours de la Beac: Abbas Tolli accusé de fraude.

Suite aux résultats du concours de la Banque des États de l’Afrique Centrale (Beac), tenu le 28 mai 2022, le président du comité ministériel de l’Umac demande annulation pour fraude.

Sur la page du sonneur d’alarme Boris Bertolt, l’on peut lire: «Sur 30 candidats déclarés admissibles par Abbas Tolli et son directeur des ressources humaines, la moitié sont des membres de sa famille». Une situation qui ne passe pas inaperçu. Bref, l’on peut lire dans le commentaire de Bertolt, que ces jeunes sont surtout accusés de n’avoir aucun niveau académique ni expérience professionnelle. Pour lui, pendant que des cadres de haut niveau chôment, ce sont les nièces, les beaux-fils et les cousines et cousins qu’on promet dans les organisations sous régionales. En énumérant ces noms, l’homme des médias a été précis et explicite.

Selon une note du président du comité ministériel de l’Umac, Hervé Ndoba , il est clair qu’il y a eu fraude lors du dernier concours organisé par la Beac.Dans la note envoyée au gouverneur Abbas Tolli, le président du comité ministériel de l’UMAC, précisé qu’il l’a été mentionné que le dernier recrutement de la BEAC ne s’est pas fait dans la fiabilité. En fait, selon lui, vu les résultats et les noms qui apparaissent sur les listes publiées il y a de cela quelques jours, ce qui semblait être une rumeur est aujourd’hui réalité. Ainsi, pour ne pas altérer la crédibilité de l’institution bancaire, Hervé Ndoba demande qu’une assise soit très vite organiser. Ceci dans le but de faire la lumière sur ce problème qui fait déjà bruit.

Il faut déjà rappeler que 28 mai 2022, dans la capitale politique Yaoundé, au Cameroun, le lancement de l’examen avait accusé un véritable retard. Et les épreuves pour la plupart étaient reportées au tableau. Pour ceux des candidats qui composaient en langue anglaise, ils ont fini les épreuves très tard dans la nuit. Pendant que dans certains centres de composition dans les pays de la zone Cemac, les épreuves ont été lancés plus tôt. « Il y a eu fraude. Car nous n’avons pas débuté à temps. En plus, les épreuves étaient insuffisantes, au point où il a fallu aller en chercher. Pendant ce temps, certains pouvaient recevoir les épreuves fuitées ici à Yaoundé. Où des camarades ayant composé ailleurs « indique un candidat en contrôle et audit. Tout porte à croire que tout s’est passé au vu de tous. Comme pour dire, « c’est moi le boss de la Beac et je contrôle ce recrutement».

Cependant, les observations n’ont pas tardé à attirer l’attention. Et le président du comité ministériel de l’Umac , attend que tout revienne à l’ordre. C’est pourquoi dans sa lettre du 1er août 2022, rappelle que l’intégration des ressources humaines les plus qualifiées, au fin d’assumer les tâches dévolues à la Banque centrale par les chefs d’État de la Cemac, doit obéir à des impératifs alliant nécessairement mérite, égalité des chances, transparence et exigence permanente de compétences . En conséquence, il demande au gouverneur de surseoir ce processus de recrutement. Une décision qui pourrait être une seconde chance pour ceux donc les noms ne figurent pas.

Articles qui pourraient vous interesser

1 Comment

  • Bonjour à tous nous croyons que sur toute chose il faut la ponctualité et le respect des autres quelque sois la famille que les personnes sortent je fus candidats à ce concours mais non sélection, et pourtant je suis dans les normes tout ça parceque les dirigeants en fait les choix des cousins et cousines, or nous savons que rien que le travail encore que le travail qui fera de nous ce que nous sommes exactement merci veillez sélection dans les normes légaux svp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.