Intégration des enseignants de la fonction publique : Le ministre de l’enseignement supérieur annonce des réformes.

 Intégration des enseignants de la fonction publique : Le ministre de l’enseignement supérieur annonce des réformes.

Jacques Fame Ndongo, ministre de l’enseignement supérieur

Une correspondance conjointe du Ministre de l’Enseignement supérieur et du Ministre de la Fonction Publique, adressée au Secrétaire Général des Services du premier ministère, en date du 11 mai 2022, annonce la fin dès 2023 de l’intégration automatique des enseignants de l’Ecole Normale Supérieure et l’Ecole Normale Supérieure de l’enseignement technique.

Selon la note des deux membres du gouvernement, les étudiants intégrant l’ENS et l’ENSET au cours de l’année 2023 ne seront plus intégrés directement. Ils seront soumis à un concours d’intégration à la fin de leur formation. Désormais, ils passeront leur intégration comme leurs collègues enseignants de l’ENIET et l’ENIEG. En effet, les ministres en charge de ces concours, exhortent le Premier ministre, chef du gouvernement à considérer l’année 2022, comme année transitoire au cours de laquelle, le ministre de l’Enseignement supérieur procéderait à l’organisation des concours d’entrée dans les Écoles normales supérieures (ENS) et les Écoles normales supérieures de l’enseignement technique (ENSET). Il est indiqué dans la correspondance que le concours d’intégration sera organisé par le MINFOPRA en fonction des besoins du MINESEC et des contraintes budgétaires.

Par ailleurs, ils précisent de procéder au toilettage des textes organisant les ENS et ENSET, au regard de ce qui est apparu comme une contradiction entre les dispositions réglementaires régissant l’accès dans lesdites écoles et celle d’intégration dans la fonction publique. Il ne sera plus possible pour les étudiants des ENS et ceux des ENSET, de bénéficier d’un recrutement direct à la fonction publique dès la fin de la formation. Ils passeront désormais par un concours d’intégration.

Il faut noter que Jacques Fame Ndongo et Joseph Le ont saisi le secrétaire général des services du Premier ministre pour annoncer cette nouvelle, qui entre dans la mise en œuvre des directives présidentielles relatives à la situation des enseignants. Une orientation des dits ministres qui intervient à la suite des réclamations du mouvement OTS. Un mouvement qui jusqu’à ce jour n’a pas eu solution à leur réclamation. Cependant, cette note, reste tout de même jusqu’à validation, une proposition. Bien que des récupérations se font déjà ressentir au travers des médias traditionnels et en ligne.

Articles qui pourraient vous interesser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.