fbpx

Assassinat Louisette Ngo Yebel : voici le film de l’horreur

0
Assassinat Louisette Ngo Yebel : voici le film de l’horreur. Actualité au Cameroun

l'assassin présumé sous escorte de la gendarmerie


Retour sur l’Assassinat de Sylvie Louisette Ngo Yebel, la dame décapitée par son propre fils et transformée en colis dans deux valises le 6 avril dernier à Yaoundé. la gendarmerie nationale après l’interpellation de l’assassin présumé est allée ce lundi sur le terrain avec le bourreau, pour reconstituer les faits.


En Escorte. direction quartier damas à Yaoundé, vers le sentier de la mort. La scène de crime, balisée et les portes scellées depuis l’ouverture de l’enquête. C’est le domicile de l’assassin présumé laboratoire de cet horreur du samedi 06 avril 2024 au soir. Le fils maudit rentre là pour raconter son crime.
La victime, sa génitrice vient ici ce jour là en bonne mère voir son fils en location depuis un certain temps et lui laisser à manger. Elle constatera que le mobilier acheté avait disparu. Rouge de colère elle engage des remontrance à son fils bien aimé.

« Il va trouver un subterfuge en disant à sa mère que ce matériel se trouve dans la chambre. Le temps pour elle d’y aller il va se rassurer de bloquer la porte d’entrée, va se saisir de sa mère, va la plaquer sur le lit, lui attacher les mains et l’étouffer » explique le Lieutenant-Colonel Alain Ndongo, commandant du groupement de gendarmerie de Yaoundé.

L’étouffer avec la taie d’oreiller jusqu’à ce que mort s’en suive. Il va ensuite tirer le corps vers les toilettes, le sectionner à l’aide d’une scie à métaux avant de ranger dans deux valises. Dans les téléphones de sa mère emportés il va faire des retrait d’argent. 900.000 f environs.

Il s’en servira pour s’acheter une playstation, deux téléphones et d’autres gadgets. Dans la même soirée, il invite ses amis à prendre un pot dans un snack bar à Damas. A minuit, il s’excuse sous le prétexte d’avoir une course à faire. La course en fait c’était d’aller chercher les valises dans lesquelles sont emballés les restes de sa maman. Il les jette dans un ruisseau au quartier Etoa-Meki

Le matin pour effacer les traces il va appeler un ami, ne sachant pas conduire, pour l’aider à déplacer le véhicule de sa mère pour Soa, sans rien dire au sujet du crime. Les téléphones et la clé du véhicule seront jeter dans les environs.

Deuxième crime en fait en moins de 6 mois. Le 06 novembre 2023, sa grand mère en photo avait été assassinée par le même bourreau. Visiblement dans les regrets il accuse le sort. « Je ne sais vraiment pas ce qui m’a pris. Je ne sais pas c’est comme ci c’est un esprit qui m’habite. Ce n’est pas moi qui fais ça. Je ne sais, je ne sais vraiment pas ce qui m’a pris c’est comme ci c’est un sort » regrette le fils assassin présumé. Ce sont des caméras de surveillance qui permettront à la gendarmerie nationale d’interpeller l’assassin.

A N


En savoir plus sur K-news24

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire

En savoir plus sur K-news24

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading