fbpx

K-news24 | Actualités au Cameroun et à l'international

Titre du document INFOS!! : KNEWS24 MET A LA DISPOSITION DES ANNONCEURS DES ESPACES PUBLICITAIRES, VOUS POUVEZ NOUS CONTACTER DIRECTEMENT AU 696529724 OU NOUS ECRIRE A NOTRE ADRESSE MAIL infoknews24@gmail.com.

Ces pays africains où l’avortement est légal… mais sous cape

0
Ces pays africains où l'avortement est légal... mais sous cape

Lorsque Efua, styliste de 25 ans et mère célibataire au Ghana, est tombée enceinte l’année dernière, elle a cherché à se faire avorter dans un dispensaire, mais elle craignait que la procédure ne soit illégale. Les professionnels de la santé lui ont assuré que les avortements étaient légaux sous certaines conditions dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, mais Efua a déclaré qu’elle était toujours nerveuse.

« J’ai posé beaucoup de questions, juste pour être sûre d’être en sécurité », a déclaré Efua à l’Associated Press, à condition que seul son deuxième prénom soit utilisé, par crainte de représailles de la part du mouvement anti-avortement qui prend de l’ampleur dans son pays. Il a été difficile de trouver des informations fiables, a-t-elle expliqué, et elle n’a pas parlé de son intervention à sa famille. « Il y a trop de jugements », avait-elle décidé.

Plus de 20 pays d’Afrique ont assoupli les restrictions sur l’avortement ces dernières années, mais les experts estiment que, comme Efua, de nombreuses femmes ne savent probablement pas qu’elles ont droit à un avortement légal. Et malgré la légalité accrue de l’opération dans des pays comme le Ghana, le Congol’Éthiopie et le Mozambique, certains médecins et infirmières disent qu’ils sont de plus en plus réticents à pratiquer ouvertement des avortements. Ils craignent de déclencher l’ire des groupes d’opposition qui se sont enhardis depuis la décision de la Cour suprême des États-Unis de 2022 annulant le droit à l’avortement au niveau national.

« Nous fournissons un service légal aux femmes qui veulent avorter, mais nous n’en faisons pas ouvertement la publicité », avance Esi Asare Prah, qui travaille dans la clinique où Efua a subi l’intervention – légale en vertu de la loi ghanéenne, adoptée en 1985. « Nous avons constaté que les gens acceptent que notre clinique pratique des avortements, à condition que nous n’en fassions pas une publicité trop évidente. »

Le protocole de Maputo, traité relatif aux droits de l’homme en vigueur depuis 2005 dans les 55 pays de l’Union africaine, stipule que chaque nation du continent doit accorder aux femmes le droit à un avortement médicalisé en cas de viold’agression sexuelled’inceste et de mise en danger de la santé mentale ou physique de la mère ou du fœtus.

L’Afrique est la seule au monde à disposer d’un tel traité, mais plus d’une douzaine de ses pays n’ont pas encore adopté de lois accordant aux femmes l’accès à l’avortement. Même dans les pays qui ont légalisé la procédure, des obstacles à l’accès subsistent. La désinformation sévit dans de nombreux pays, une étude récente mettant en cause les pratiques de Google et de Meta.

« Le droit à l’avortement existe dans la loi, mais dans la pratique, la réalité peut être un peu différente », soutient Evelyne Opondo, du Centre international de recherche sur les femmes. Elle note que les pays les plus pauvres, comme le Bénin et l’Éthiopie, peuvent autoriser l’avortement dans certains cas, mais se heurtent à un manque de ressources pour le mettre à la disposition de toutes les femmes. De nombreuses femmes ne sont informées des possibilités qui s’offrent à elles que par le bouche à oreille.

En Afrique, MSI Reproductive Choices – qui fournit des services de contraception et d’avortement dans 37 pays du monde – signale que son personnel a été pris pour cible à plusieurs reprises par des groupes anti-avortement. Le groupe cite le harcèlement et l’intimidation du personnel en Éthiopie. Au Nigeria, la clinique de MSI a fait l’objet d’une descente de police et a été temporairement fermée à la suite de fausses allégations selon lesquelles des membres du personnel avaient accédé illégalement à des documents confidentiels.

« L’opposition à l’avortement en Afrique a toujours existé, mais elle est aujourd’hui mieux organisée », rappelle Mallah Tabot, de la Fédération internationale pour la planification familiale au Kenya. Elle fait remarquer qu’une grande partie des fonds qui soutiennent les efforts de lutte contre l’avortement semble provenir de groupes conservateurs américains – et plusieurs rapports ont fait état de millions de dollars de financement provenant d’organisations chrétiennes conservatrices.

La montée en puissance des groupes d’opposition est alarmante, avance Angela Akol, de l’association de défense des droits génésiques Ipas.

« Nous les avons vus au Kenya et en Ouganda plaider au plus haut niveau du gouvernement pour une réduction de l’accès à l’avortement. Il existe des normes patriarcales et presque misogynes dans une grande partie de l’Afrique. … L’Occident profite de l’élan suscité par le renversement de l’arrêt Roe v. Wade pour remettre en cause les droits à l’avortement dans ce pays. »

Le Congo, l’un des pays les plus pauvres du monde, a introduit en 2018 une loi autorisant les avortements au cours des 14 premières semaines de grossesse en cas de viol, d’inceste et de risques pour la santé physique ou mentale de la femme.

Malgré cela, les brochures destinées aux femmes susceptibles de vouloir avorter utilisent un langage codé, révèle Patrick Djemo, de MSI au Congo. « Nous parlons de la gestion des grossesses non désirées », précisant que le mot « avortement » n’était pas utilisé. « Cela pourrait provoquer des réactions négatives. »

Il est également difficile de trouver en ligne un langage et des informations exacts. La semaine dernière, une étude de MSI et du Centre for Countering Digital Hate a révélé que Google et Meta – qui exploite FacebookInstagram et WhatsApp – ont restreint l’accès à des informations précises sur l’avortement dans des pays comme le Ghana, le Nigéria et le Kenya.

L’étude indique que les géants de la technologie ont interdit aux fournisseurs d’avortement locaux de faire de la publicité pour leurs services, tout en approuvant les publicités payées par des groupes anti-avortement qui font de fausses déclarations sur les efforts de dépénalisation dans le cadre d’une conspiration mondiale visant à « éliminer » les populations locales.

Google n’a pas répondu à une demande de commentaire sur l’étude. Meta a déclaré par courriel que ses plateformes « interdisent les publicités qui induisent les gens en erreur sur les services fournis par une entreprise » et qu’elle examinerait le rapport.

Mme Opondo, du Centre international des femmes, déclare qu’elle était profondément préoccupée par l’avenir des mouvements de défense du droit à l’avortement en Afrique, les opposants utilisant les mêmes tactiques que celles qui ont contribué à faire tomber Roe vs. Wade aux États-Unis. Pourtant, a-t-elle ajouté, pour l’instant, il est « probablement plus facile pour une femme au Bénin d’obtenir un avortement qu’au Texas ».

Pour Efua, l’information et le coût étaient des obstacles. Elle a rassemblé les 1 000 Ghana cedis (77 dollars) nécessaires à son avortement après avoir demandé à une amie de l’aider.

Elle déclare qu’elle souhaitait que les femmes puissent facilement obtenir des informations fiables, notamment en raison du stress physique et mental qu’elle a subi. Elle ajoute qu’elle n’aurait pas été capable de s’occuper seule d’un autre bébé et pense que beaucoup d’autres femmes sont confrontées à des dilemmes similaires.

« Si vous êtes enceinte et que vous n’êtes pas prête, cela peut vraiment vous affecter mentalement et pour le reste de votre vie. »

Reportage d’Africanews


En savoir plus sur K-news24 | Actualités au Cameroun et à l'international

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire

En savoir plus sur K-news24 | Actualités au Cameroun et à l'international

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading