fbpx

Cicam : 48,2 milliards de FCFA pour la restructuration de l’ex géant du textile au Cameroun

0

Le 14 juillet 2023, dans la capitale économique, Douala, le Bureau de mise à niveau des entreprises (BMN), a dévoilé la stratégique global et le plan de restructuration de la Cotonnière industrielle du Cameroun (Cicam).

Sous la houlette du ministère de l’Industrie, le rapport indique que la restructuration de la Cicam, nécessite une enveloppe d’un montant qui s’évalue entre 30,7 et 48,2 milliards de FCFA.

« Le rapport formule des recommandations sous la forme d’hypothèses, en vue de son (l’entreprise) redressement. Sous ce chapitre, l’on apprend par exemple que dans le scénario d’une restructuration par l’État, avec un modèle économique inchangé, le coût de la restructuration est évalué à 48,2 milliards de FCFA, dont un besoin net en financement de 40,6 milliards de FCFA. Dans l’hypothèse d’une privatisation d’une partie de l’activité de la Cicam, le coût de sa restructuration passerait à 30,7 milliards de FCFA, pour un besoin net en financement de 21,7 milliards de FCFA », précise le BMN.

Le Cabinet camerounais d’études et d’audit comptable (CAEAC), conditionne la viabilité de la Cicam au concours financier de l’État, reparti comme suit : « l’annulation de la dette publique, notamment les dettes fiscales, sociales et actionnaires évaluées à 9,6 milliards ; l’apurement des dettes bancaires et commerciales de la Cicam évaluées à 12,6 milliards (qui passe soit, par remboursement par l’État de cette, soit son préfinancement ou sa capitalisation partielle ou entière). À cela il faut ajouter les besoins en financement de l’entreprise évalués à 26 milliards de FCFA jusqu’en 2025, dont 19 milliards pour l’investissement et la maintenance des équipements et 7 milliards pour le cycle d’exploitation », relate un média camerounais.

Il faut rappeler que, « les difficultés de la Cicam sont consécutives, entre autres, à la vétusté de son outil de production qui induit une sous-activité structurelle et un cycle d’exploitation déficitaire ». Car, « en l’état actuel des choses, l’outil de production n’est utilisé sur les sites de Garoua, Cicam 1 et Cicam 2, respectivement qu’à 33,7%, 48,9% et 10,83%. Une sous-activité alimentée en outre par l’absence de la matière première, qui induit des coûts cachés évalués à 2 milliards de FCFA au titre de la seule année 2020 ».

Par ailleurs, il faudrait noter, que l’ex géant du textile au Cameroun et en Afrique centrale est depuis plusieurs années en état de mort. Un diagnostic de la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (Ctr), qui confirme sa faillite ,dans son rapport 2020 .

La Cicam est confrontée à des problèmes structurels tels que la vétusté de son outil de production « et la carence pathologique de son fonds de roulement », affirmait le Directeur général il y a plus d’un an.


En savoir plus sur K-news24

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire

En savoir plus sur K-news24

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading