fbpx

Crise énergétique : l’Etat s’explique devant les industriels

0

C’est en Sapeur pompier qu’est arrivé le ministre de l’eau et de l’énergie à Douala . Non pas pour stopper la tension sociale causée par l’aggravation des délestages l’énergie électrique, Il s’est agit pour Gaston Eloundou Essomba de présenter les causes réelles de la situation aux capitaines d’industrie et d’énoncer les perspectives à court terme pour réduire ce cauchemar qui tend à effacer les entreprises de la carte

C’est en Sapeur pompier qu’est arrivé le ministre de l’eau et de l’énergie à Douala . Non pas pour stopper la tension sociale causée par l’aggravation des délestages l’énergie électrique, Il s’est agit pour Gaston Eloundou Essomba de présenter les causes réelles de la situation aux capitaines d’industrie et d’énoncer les perspectives à court terme pour réduire ce cauchemar qui tend à effacer les entreprises de la carte.

Ce sont des chefs d’entreprise étranglés par les délestages électriques que le ministre de l’eau et de l’énergie rencontre ce jeudi au siege du GECAM à Douala.  » Les coûts de production augmentent, les équipements sont abîmés, il y a un découragement et l’entreprise a surtout besoin de visibilité. On ne peut pas créer une entreprise sans énergie électrique  » s’offusque Celestin Tawamba , ancien président du GICAM.

Selon chef de ce département ministériel Gaston Eloundou Essomba , l’ensemble du parc de production au niveau des capacités opérationnelles ne permet pas de couvrir l’ensemble de la demande.  » Si on mobilise toutes ses capacités face à cette demande, il y a toujours un déficit. Ce déficit a été aggravé par la crise hydrologique au niveau du bassin du Ntem, parce que nous sommes en période d’Etillage. Au lieu de 200 mégawatts que le barrage de Memvele délivre actuellement nous sommes à 30 mégawatts. Donc nous avons un déficit de 170 mégawatts « 
En demandant à Eneo de disponibiliser les combustibles pour faire fonctionner toutes les centrales thermiques, le dernier rempart de l’Etat c’est la mise en service du barrage de Natchigal.

 » J’ai pris le soin de venir avec le Directeur général que lui-même vienne dire quel est le nouveau calendrier et il nous a rassuré que la synchronisation va se faire au mois de mars. Donc les premiers mégawatts seront disponibles en mars (2024)  » rassure le Ministre.

Les capitaines d’industrie demandent à être impliqués dans la production de l’énergie électrique en exploitant le potentiel hydraulique disponible dans tous les villages du Cameroun. Dans ce sens , le chef de l’Etat a prescrit la révision de la législation du secteur de l’énergie électrique .confirmation du ministre du tutelle .


En savoir plus sur K-news24

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire

En savoir plus sur K-news24

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading