fbpx

Le Mali durcit le contrôle sur les médias et la politique

0
Le Mali durcit le contrôle sur les médias et la politique

Les autorités militaires au pouvoir au Mali ont interdit jeudi aux médias de rapporter les activités des partis politiques et des associations, un jour après avoir suspendu toutes les activités politiques dans le pays jusqu’à nouvel ordre.

L’ordonnance, émise par l’autorité supérieure de communication du Mali, a été diffusée sur les réseaux sociaux. L’avis précisait qu’il s’appliquait à toutes les formes de médias, y compris la télévision, la radio, les journaux en ligne et imprimés.

La portée de l’interdiction, ainsi que sa modalité d’application concrète, n’ont pas été précisées.

L’organisation faîtière représentant les journalistes au Mali a réagi avec une réfutation inhabituellement ferme.

Le groupe, connu sous le nom de Maison de la Presse, a déclaré rejeter l’ordonnance et a appelé les journalistes à continuer à couvrir la politique au Mali. Il les a également exhortés à « rester debout, rester unis et à se mobiliser pour défendre le droit des citoyens à l’accès à l’information. »

La commission nationale des droits de l’homme du Mali a également exprimé son regret et sa profonde préoccupation concernant la décision dans une déclaration publiée tard jeudi. Elle a mis en garde la junte contre le fait que cette décision pourrait être préjudiciable.

« Plutôt que de calmer le climat social, ces restrictions des droits fondamentaux pourraient potentiellement créer des troubles et des tensions, ce dont le pays n’a pas besoin », a-t-elle déclaré.

Le Mali a connu deux coups d’État depuis 2020, entraînant une vague d’instabilité politique qui a balayé l’Afrique de l’Ouest et centrale ces dernières années. En plus de ses problèmes politiques, le pays est également en proie à une insurrection de plus en plus grave menée par des militants liés à al-Qaida et au groupe État islamique.

La répression des médias a suivi une action similaire mercredi, lorsque la junte a ordonné la suspension de toutes les activités des partis politiques jusqu’à nouvel ordre, invoquant le besoin de préserver l’ordre public. La nouvelle a été diffusée à la télévision d’État alors que la population célébrait l’Aïd al-Fitr, la fête marquant la fin du mois saint de Ramadan pendant lequel les musulmans pratiquants jeûnent de l’aube au crépuscule.

Des analystes ont déclaré que cette mesure était probablement une réaction contre les personnalités politiques, la société civile et les étudiants qui ont exprimé leur frustration face à l’incapacité de la junte à ramener le pays à un régime démocratique comme promis.

« Les semaines récentes ont vu une pression croissante de la part des partis politiques et des personnalités politiques », a déclaré Rida Lyammouri du Centre d’études pour le nouveau Sud, un groupe de réflexion basé au Maroc, à l’Associated Press. 

Le colonel Assimi Goita, qui a pris le pouvoir après un deuxième coup d’État en 2021, avait promis de ramener le pays à la démocratie au début de 2024. Mais en septembre, les élections prévues pour février 2024 ont été annulées, invoquant la nécessité de préparatifs techniques supplémentaires.

Africanews


En savoir plus sur K-news24

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire

En savoir plus sur K-news24

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading