fbpx

Session parlementaire : une reprise sous fond de scandale et polémique

0

La dernière session parlementaire de l’année, qui s’est ouvert le vendredi 10 novembre, a créé une polémique autour du discours du président de cette chambre qui n’a pas mentionné la question sur la situation des enseignants, aucun crochet sur la Banque route financière, encore moi la situation du Secrétariat de l’Assemblée et pire encore la loi des finances non existantes.

Après des discours des présidents du Sénat, Marcel Niat Njifenji et de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguie Djibril, qui ont donné le coup d’envoie des échanges qui se sont ouvert le 10 novembre 2023, rien ne laisse penser à une session préparer. Pour certains parlementaires, il s’agit d’un travail faire à la hâte pour juste avoir un mot à dire à l’ouverture.

Pour bon nombre, le discours du président de l’Assemblée nationale est en lui-même un scandale. Car ceux discours ignore totalement la situation des enseignants. Et de plus, les parlementaires, ne savent à quel moment, la loi des finances sera déposé. « Sûrement à quelque jour de la fin de la session », s’offusque l’honorable Cabral Libi.

Il faut relevé que des débats se font déjà fortement entendre autour de la santé du président de l’Assemblée, Cavayé Yéguié Djibril, et de l’éviction de son puissant directeur de cabinet, Boukar Abdourahim.

Rappelons que la troisième session parlementaire  est consacrée à l’examen de la loi des finances de l’exercice budgétaire 2023-2024. Les députés n’ont pas reçu les documents y relatif. Or, il est très important pour tabler sur l’économie du pays, la vie des populations et la santé budgétaire autour des projets en marche et ceux donc les fonds ont été épuisé sans livraison des chantier.

En effet, le projet de loi de finances qui est attendu et qui devra être débat « concerne l’exercice 2024 dans le cadre de cette ultime session de l’année. C’est un exercice qui fera l’objet des discussions en séance plénière. Il s’agira pour la représentation nationale et les porte-paroles des collectivités territoriales décentralisées de défendre l’intérêt des populations, principales bénéficiaires des retombées de ce texte ».

Pendant 30 jours cette session de novembre devra pour le bien du pays, se pencher sur : la dégradation de l’état des routes ( le cas des axes Ngaoudere-Garoua, Moutourwa-Maroua et Maroua-Kousseri), l’attaque récente de Mamfé, région du Sud-Ouest qui a fait une vingtaine de morts, l’éboulement de terrain à Mbankolo, région du Centre, faisant de nombreux décès et des sans-abris en octobre dernier, la flambée des prix des produits de première nécessité sur les marchés.

Il faut noter que, le Président de l’Assemblée nationale a reçu ce samedi, à la Conférence des Présidents, le Projet de loi de règlement n° 2042/PJL/AN de la République du Cameroun pour l’exercice 2022, le Projet de loi n° 2043/PJL/AN autorisant le Président de la République à ratifier le protocole et les statuts relatifs au Fonds monétaire africain, adoptés à Malabo,  Guinée équatoriale, le 27 juin 2014, et le projet de loi n° 2044/PJL/AN portant Code minier.

 Ces projets de loi seront déposés en séance plénière devant l’Assemblée plénière et transmis aux commissions pour examen et adoption conformément à la procédure législative.


En savoir plus sur K-news24

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire

En savoir plus sur K-news24

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading